Livre d'or

23 message(s) dans le livre d'or

Les Romanov" (54 x 65 cm).

Sept personnages, sept énigmes réunies dans le kaléidoscope de souvenirs.
Et on retrouve bien ici la magie recréatrice de mondes disparus - à mi-chemin entre veille et sommeil - à l'oeuvre dans les pages inaugurales de "A la recherche du temps perdu" de Marcel Proust, ou celles de nouvelles comme "Le Livre" et "Le Printemps" du grand Bruno Schulz... Là où les mots ont une couleur et un sens rotatoire, tout comme les touches de pinceaux de certains peintres, rares puisque méconnus... C'est le sens de la poésie, au fond. Quand la peinture, bien loin de "évidences" ou du surligné au goût du jour, a su se faire - dans le silence créatif - à la fois humilité et mystères.

"On ne voit pas le temps passer" (106 x 73 cm) : étonnant diptyque au format impressionnant, au cadrage un peu serré - parfait comme un plan de cinéma particulièrement réussi [et je te conseillerais bien de visionner "Le Visage" [1958] aux cadrages et contrastes plutôt inoubliables) de ce bon Ingmar BERGMAN]... les couleurs franches, la netteté de qualité "photographique" (mais ici dans le bon sens... puisqu'on y sent la vie de cette famille rassemblée) : tout concourt à la réussite artistique de cette oeuvre audacieuse... aussi ambitieuse que tes chers - inattendus et inoubliables - "Romanov"aux allures nobles de vitrail ! Amitié à "notre" audacieuse Fée des Pinceaux..

Des cinq personnages dont quatre humains de La famille du chien (100 x 100 cm, bigre !), chacun semble définitivement plongé dans son monde intérieur, se rêverie propre qui l'isole des autres... Seul le Chien (Canis vulgaris) a l'air véritablement - charnellement - "présent" en ce monde... Le fond translucide est somptueux, la manière délicate à ton habitude... Une réussite : un regard généreux plein d'empathie pour notre étrange espèce humaine, une originalité totale du "sujet" (merveilleusement indicible) de cette Oeuvre qui l'éloigne de toute banalité... L'intensité de nos rêves a "force de Loi" au royaume de nos Arts...

  • Bource Denis
  • Le 02 jan 2018

Claudine fut vraiment émerveillée en déballant le cadeau de Noel. Hector son petit fils qu'elle adore.
Tableau de famille qui n'ira pas se perdre dans les tiroirs ou disparaître dans l' USB. Il ira dans le château de famille...................
La joie de nous tous devant le tableau, c'est ton César d'honneur.
Claudine et Denis, avec toute notre Amitié.

C'est si étrange de retrouver toutes les beautés de ta "Naissance"... ce regard presque transparent... à la fois la naissance d'un petit être en devenir et la naissance d'un regard bleu translucide qui transformerait notre (pas si pauvre) monde en un Jardin d'Eden "bienheureux et bienveillant" qui aurait existé de tout temps... je partage tout à fait le propos (lumineux et mesuré) de ton ami romancier Gérard Morel... Ton monde survivra à bien des mondes et je sais qu'il grandira et s'embellira encore... Les rêves de couleurs, la douceur, la féminité, l'enfance comme nostalgie de tous les moments... Entre les rêveries de Renoir et les songes de Hopper est née Barbara Delaplace ... et son art aux flous somptueux et quasi-éclairs de merveilleuses nettetés n'a pas fini de nous ravir l'âme... L'âme des artistes est ainsi : hypersensible et "féminine", comme un rosier elle a besoin d'une bonne terre et d'un jardin soigneusement entretenu... Tu entretiens si bien ton Jardin et le fais vivre, mon amie !!! Le Parc silencieux s'étend sans fin, à partir du coeur du Jardin parfumé... Bravo et bises à notre artiste-soeur !

Le bouquet[/b] (92 x 60 cm) me semble durablement appartenir durablement au domaine des chefs d'oeuvre et à ta nouvelle "manière", les regards proches centrent l'attention du spectateur, si expressifs et touchants et bien sûr le caractère profondément mystérieux de ces deux personnages féminins (dont on pourrait imaginer toute l'histoire de vie), l'harmonie incroyable des couleurs...

[b]Naissance
[i][/i] (46 x 55 cm) est magique et extrêmement fort, lui aussi : peut-être - mais ça n'est qu'un avis TRES subjectif -
aurais-je mis un peu de flou autour du visage du nouveau-né car son visage est trop éloigné de celui de sa jeune mère, ce qui fait se diluer un peu l'attention du spectateur obligé de s'occuper de 2 points centraux au tableau (Cf. le point lumineux unique que donne la tache rouge des bonnets de certains tableaux champêtres - et magiques - de Corot); la profondeur du regard de cette jeune maman nous la rend si présente... un peu comme le "regard-caméra" des paysans de Louis Le Nain dans son fameux tableau géant représentant une forge (il est au Louvre, où on peut revoir aussi la "Femme à la perle" (70x 55 cm) de Corot, à la présence complètement hypnotisante...). Tu donnes sans doute à voir l'intérieur de son âme à ce moment précis et inoubliable de sa vie ...

Amitié et bravo à l'immense artiste que tu es devenue (même si si peu le savent encore...). Bises.

Merci beaucoup Gwen. ton compliment est un cadeau qui me va droit au coeur.
Je t t'embrasse

C'est la 3e fois que je tente de te laisser un message !
Je voulais te dire que j'aimerais savoir peindre comme toi mais que je me contenterais de la moitié de ton talent. Ce que tu fais est magnifique. C'est un don du ciel dont tu as hérité.
Amitiés
Gwen la Bourlingueuse

Merci beaucoup Jerry. J'espère que vous pourrez passer sur mon stand au GMAC à la Bastille du 27 octobre au 1er novembre.

Bonjour Barbara, votre site est un bijou pour qui aime l'art sous toutes ses formes et diantre sait qu'il y en a tant ! J'ai beaucoup aimé ce que j'ai vu et je voulais vous le signifier.

  • Laurent
  • Le 28 août 2016

Bonjour Barbara,
Cela faisait longtemps que je n'étais pas passé sur ton site qui s'est bien enrichi de très jolies toiles ! Ayant déménagé en Charente-Maritime récemment, ton tableau "La Femme en vert" (2009) est maintenant exposé aux yeux de tous dans notre living et non plus réservé à l'intimité de notre chambre à coucher ! Il suscite de belles remarques de la part de nos amis et familles.
En espérant que tu puisses continuer ta passion encore longtemps !
Amicalement.
Laurent

Merci Gwen.Je suis contente de ton retour et j'espère que tout va bien pour toi après cette période qui d'après ce que je comprends en lisant tes messages, semble avoir été très pénible.
Pour répondre à ta question, je peins uniquement dans mon atelier, d'après des photos de moi ou d' amis. Je suis beaucoup trop frileuse pour peindre en extérieur, et puis parfois la nature demande à être "revisitée", à mon avis bien sûr.
J'espère que tu vas vite reprendre tes pinceaux.
Amitiés

Me voici de retour mais je n'ai pas encore repris les pinceaux.
En passant chez Legio, je lis ton commentaire et suis venue te voir aussi et je reste éblouie par tes toiles. Je vais te poser une question à laquelle tu n'es pas obligée de répondre. Travailles-tu toujours d'après nature ou aussi d'après photo ? Je n'ai encore jamais essayé d'aller peindre dehors et je crois qu'il est trop tard pour moi...
Merci du bonheur que tu donnes à tes visiteurs.
Gwen

Que dire de 'L'Etang de Moutiers" (2016, huile sur toile, 50 x 60 cm) ? Qu'il s'agit d'une des oeuvres les plus accomplies de ta carrière et, sans doute, de la "jeune" peinture du XXIème siècle... Les arteux-mafieux-installateurs-conceptuels et autres "tachistes"/tâcherons et leurs protecteurs (tous ces gens inutiles, prétentieux et vains) dont la triste et répétitive "production" occupe actuellement tant d'attention moutonnière par le biais de medias bien complices... pourront jalouser "a posteriori" la force de tes oeuvres (d'ici à quelques décennies, quand "leur" heure de stupidité générale sera enfin passée ?) et enfin l'originalité et de la modestie de ta Voie qui ne ressemble à aucune autre... les douze troncs d'arbres alignés... La succession de l'ombre des ramures et de la lumière de l'étang, miroir de celle du ciel... Tout y est si paisible... immuable... éternel... non loin de l'atmosphère de "La toilette" de Camille Corot... Crois-moi, ce n'est pas un compliment jeté en l'air... "Nous y sommes"... Bravo, chère Barbara ! Une Fée de la peinture agite devant nous ses pinceaux magiques et nous emmène régulièrement au coeur d'un Autre Monde... et pas grand monde ne semble être au courant... tant mieux et tant pis ! Car ainsi va le monde ! Bises & Amitié à une exceptionnelle artiste-peintre d'aujoud'hui...

"Lumière d'orage" (2016, huile sur toile, 40 x 40 cm) est un tableau idéal... Le pendant de "Trouville", mais pas seulement... Une épure. Le doré de la lumière comme échappée des profondeurs d'un nuage qui vient accrocher en arc-de-cercle l'extrêmité des rameaux... le feuillage globuleux... L'obscurité violacée, à nouveau, avec le plus somptueux des dégradés de cieux... Je repense ainsi à "La Saumaie" - ce moutonnement de collines d'un pays perdu dont André Dhôtel (1900-1991) a fait un roman assez étrange sur... la vertu des orages qui fait se retrouver les amants : "L'honorable Monsieur Jacques" (1972) [argument : Jacques Soudret, brillant chercheur dans un laboratoire parisien, a épousé la belle Viviane Aumousse. Peu après, la jeune femme a disparu sans un mot, sans une explication. À la recherche de Viviane, Jacques découvre la campagne de la Saumaie, avec ses orages, ses habitants, ses mystères... Dérouté par cet étrange pays, il abandonne peu à peu sa morgue de scientifique, pour se laisser envoûter par la magie des lieux qui le guidera peut-être vers celle qu'il aime."]. Ah, les orages... Nous sommes assez loin de la jolie chanson de Georges Brassens qui évoquait le fameux paratonnerre de Benjamin Franklin : nous attendrions bien la pluie au dehors, et dans la solitude, grâce à ton tableau... Amitié !

"Un air de Trouville" (2016, huile sur toile, 40 x 40 cm) : on saisit immédiatement ce qui fascine dans ce "format carré" : la sensation de l'espace infini et la norceur violacée des cieux face au jaune sable d'or du chemin de planches... Perspective au point de fuite central (on ne peut plus simple) mais l'attention se concentre sur le vertige - celui qui naît de tes contrastes... L'oeuvre pourrait tout à fait se re-nommer "Là où mes pas me mènent" (Trouville, janvier 2016) : la voyageuse se perd volontairement dans l'infini comme le petit homme fragile des débuts de "Grand Large" (navré pour cette auto-citation du roman)... Il ne manque même pas le cri strident des sternes... (dans tes toiles on imagine toujours de sons étouffés...). Bravo encore pour cet "essai" plus que magistral ! Facsinant par l'harmonie de ces tons si violemment contastés... et le secret du fameux "flou barbarien", secret qu'il faut préserver de notre curiosité impie...

Ton "Vintage Montlhéry 2015" (2016, huile sur toile, 92 x 60 cm) vaut d'abord par son ciel pommelé et rêveur digne des plus belles toiles du fameux (et si glorieux) "courant impressionniste" de la peinture française de la fin du XIX ème siècle : on pense ici aux plus belles lumières "traînant" rêveusement dans les cieux captés par Eugène Boudin mais aussi Camille Pissaro... Ce qui se passe en bas" est certes plus anecdotique mais intéressant par les couleurs vives, la mise en perspective, le côté immobile et un peu anxiogène d'avant le grand "Rush" [A ce propos, essaye de visionner l'excellent et beau film de Ron Howard du même titre, si tu ne l'as déjà vu... évidemment diusponible en DVD]. Le contratse entre le "Là-Haut" et l "'ici-bas" (Vrooom-Vrooooom) est évidemment saisissant... Bises & Amitié à une si "grande et modeste" artiste (car ce sont là les meilleurs : ceux qui resteront à l'histoire de l'Art, à mon très humble avis... ) ! J'ai par ailleurs, chère Barbara, précisé et notablement agrandi mon message de présentation sous "L'âme du miroir" dans mon propre site... une petite surprise et un rien d'hommage à ton talent d'artiste-peintre et conseillère si attentive !!!

Bonjour Barbara, je découvre votre blog grâce à votre passage récent chez Dourvac'h . Un blog entretenu comme un jardin auquel on tient tout particulièrement , presque comme un jardin secret que l'on préserve avec joie , en ayant une belle envie d'en dévoiler quelques aspects . je reviendrai !

Bonjour (chère) Barbara,

Ne nous mentons pas : "Les Demoiselles d'honneur" sont un drôle de cap franchi...

Un peu plus loin encore -- pour moi -- que ton diptyque récent déjà si abouti, "On ne voit pas le temps passer" qui "dés-anecdotisait" le motif familial entièrement... [Reste à la limite le seul Berger allemand comme élément anecdotique dans cette oeuvre déjà magistrale et profondément originale...].

"Les Demoiselles d'honneur" font parler le ciel, même, le convoquent ! Le cadrage nous fait perdre pied, tes trois silhouettes semblent douées de mouvements : ceux, indécis, du rêve... Tout le paysage rêve... Le flou léger (et ici nettement plus assumé et assuré) dans lequel tu es passée Maître vaut infiniment plus que les contours "photographiques" auxquels les peintres trop bien dressés (conditionnés) à la reproduction un peu trop servile de photographies-modèles se perdent souvent...

Ton monde intérieur habite désormais entièrement tes toiles : c'est un réconfort d'observer cette évolution-là. Et ta maîtrise technique est évidente, parfois même époustouflante. L'inspiration constante... Le rêve arrive même à se glisser en contrebande dans tes "oeuvres de commande" : reste à faire accepter cet invité-là, si imprévu (qu'est l'impératif de ton propre rêve)... de certains de tes modèles/"passeurs de commandes" ! :-)

Bref, le tableau "Les demoiselles d'honneur" est déjà TON chef d'oeuvre...

Amitié admirative, et toute ma reconnaissance réitérée pour "ce que tu sais" (correctiosn finies et mise en page en route : le "bébé" (Julie + Franz) est en bonne voie désormais... un peu grâce à ton exigence, dont je te sais gré et qui est ta "marque de fabrique" artistique, d'ailleurs...

Bises d'un petit auteur de romans (à périodicité de quatre ans).

  • Brémond Dominique (site web)
  • Le 04 juil 2015

Mieux vaut tard que jamais ! Je pense enfin à laisser trace de mon passage sur ce superbe site :)
Toujours admirative de ton travail, j'aime beaucoup celui de Corinne, scène de vie poétique, peint avec talent et bien sûr l'ensemble de ton travail, qui, tu le sais a toujours été pour moi une référence. Continue de nous régaler, c'est tellement beau. Gros bisous. Nickita

Écrire un message sur le livre d'or